mercredi 3 décembre 2014

Portes-ouvertes au Château Mirebeau les 6 et 7 décembre 2014

CHÂTEAU MIREBEAU, AOC Pessac-Léognan, vous invite à ses « portes ouvertes » qui auront lieu les samedi 6 et dimanche 7 décembre 2014 de 10 heures à 18 heures.
Nous vous présenterons notre dernier né en rouge, Château Mirebeau 2012, millésime atypique, “ultra-concentré”, soutenu par une belle acidité “toute biodynamique” : idéal pour vos entrées pimentées de fin d'année.
Château Mirebeau 2011, médaille d'argent au dernier Concours Général Agricole de Paris 2014, se révelle très élégant dans un classicisme “tout pessac-léognan” : simplement charmeur.
Quant au millésime 2010, il vous enthousiasmera par son équilibre énergique et vibrant, son jus pur et tendu, sa buvabilité évidente. Un vin brillant !
Vous pourrez déguster, également, les dernières bouteilles de Château Mirebeau blanc « Les Héliotropes » 2013.
Vous découvrirez aussi une sélection de toiles d'artistes-peintres de l'association martillacaise “Marti'arts”qui illumineront notre chai à barriques.
N'oubliez pas de noter sur votre agenda, le week-end des 6 et 7 décembre, vos 4500 papilles et votre goût artistique vous en remercient d'avance.

samedi 22 novembre 2014

Premiers entonnages 2014

Les premiers vins 2014 descendus en barriques sont le signe précurseur du travail de chai qui va commencer à s'estomper. Nous avons envi de parler plutôt d'une "respiration du vin" plus lente qui rentrerait comme en hibernation. Quelques barriques "canailles" ont droit à leur bonde en verre.En parlant de canailles, on pense au celèbre trio national de vieux chanteurs qui s'est produit récemment à Paris-Bercy, mais Paris c'est aussi mille vignerons qui montent à Porte de Versailles pour animer leur 36ième salon d'automne des Vignerons Indépendants de France du 27 novembre au 1er décembre prochain. Château d'Ardennes et Château Mirebeau seront de la partie sur le stand 8, allée E.
Nos vins de Graves et de Pessac-léognan vous attendent pour une dégustation (toujours avec modération) qui vous amènera très rapidement sur le choix de la meilleure bouteille pour votre repas de fêtes de fin d'année. Nos millésimes anciens seront satisfaire vos 4500 papilles. Nos millésimes plus récents, sur le fruit, iront très bien sur des tapas ultra-conviviales d'un samedi soir entre amis devant un feu de cheminée (en foyer fermé, bien sûr). En tapant ce post sur la table de la cuisine (fabuleux le wifi), je suis à côté d'une belle grillade sur des braises de piquets de vigne mis à la réforme, la campagne a encore quelque chose de magique !!!

dimanche 14 septembre 2014

Cigognes à Mirebeau

Quelle ne fût pas notre surprise, ce matin, lorsqu'en allant jeter un coup d'oeil aux fermentations du sauvignon blanc de Mirebeau, nous sommes tombés "nez à nez" ou "bec à bec" avec deux couples de cigognes, en repos, au sommet de notre cèdre soixantenaire ! Déjà en mai dernier, nous avions photographié, depuis la cour de Mirebeau, un vol de cigognes migrant vers le nord. Aujourd'hui, elles devaient avoir envie d'aller au sud. Mais le beau temps de ces derniers jours les a fait "traîner" en chemin.
Par contre, les raisins rouges sont rentrés, eux à pleine vitesse, dans leur dernière ligne droite de maturation voire de surmaturation. Cinétique fondamentale pour passer d'un bon millésime à une superbe année inoubliable dans tous les futurs guides des vins des années à venir.
D'ailleurs en parlant de "Guides des Vins" de cette rentrée littéraire oenophile, le Guide hachette 2015 conseille Château Mirebeau rouge 2011 sur des cailles aux raisins : excellente association pour le prochain repas dominical.

dimanche 25 mai 2014

Essaim d'abeilles sauvages à Mirebeau

Mardi dernier, beau jour d'essaimage. Après une journée d'épamprage dans le sauvignon blanc de Mirebeau, je me suis trouvé nez à nez avec un essaim d'abeilles sauvages qui avait élu domicile, pour un temps, sur la clôture du voisin et le tronc d'arbre mort. Surprenant, lorsque vous voyez cette masse noire, avec des reflets marron-foncé, provoqués par une sorte de froissement contrôlé des ailes de la colonie. Vous avez vraiment l'impression que c'est un seul individu qui respire et vous observe, tapi là.
Après l'observation, place à l'action. C'est décidé, nous allons essayer "d'apprivoiser" cet essaim. A 22 h, nous revenons, avec mon épouse, équipés de pieds en cap, avec une ruchette, un tabouret pour poser la ruchette à la bonne hauteur, un poilon de cuisine, un enfumoir maison et une lampe.
C'est une drole de sensation que de mettre ses gants dans cette masse vivante sans blesser aucun insecte. En trois coups de poilon, la ruchette était presque pleine, et on apercevait bien le tronc d'arbre. Mais il restait encore des guerrières sur le bois. Prenant quelques secondes pour observer cette résistance, et à la lueur de la lampe, je vis pour la première fois une reine, la Reine. Majestueuse, lente, lourde, noire, en ne bougeant pas les ailes comme ses congénères (ne voulant pas m'agresser donc). Mettant un doigt de mon gant à sa hauteur, elle, acceptant l'offrande du transport, j'ai pu la faire rentrer dans la ruchette, sans aucun encombre. Magnifique.
3 jours après, la colonie avait déjà construit 4 cadres sur 5. Belle efficacité. Le fleurissement actuel, autour de Mirebeau en sureaux, chevre-feuille, troënes, bourraches et rosiers divers, offre un cadre fabuleux pour une implantation reussie de ces quelques 30 000 abeilles. Les toutes premières fleurs du Magnolia bi-centaire de Mirebeau ont éclo, ainsi que les premiers lys, concomitamment à celles de la Carménère, du Merlot et du Sauvignon blanc.
En espérant que la pluie froide des prochains jours ne vienne gâcher la fête des fleurs au Château Mirebeau !!!

jeudi 8 mai 2014

Jour de commémoration

Voici une première photo, prise aujourd'hui, qui illustre bien la journée sur deux points. Tout d'abord, c'est une fleur de porte-greffe de vigne, qui sent très bon, légèrement "foxée". Pourquoi dit on "foxée", parce que cette "fragance" rappelle un peu l'odeur forte du renard. Et comme ce support de semillon blanc est descendant de "matériel végétal" américain, sûrement que nous rendons hommage à ceux qui nous ont sauvés du phylloxéra, dans la deuxième partie du XIX siècle, en francisant leur vocabulaire.
Deuxième point : le pied sur la photo a été mis en terre durant la période de plantation 1939-1940. Ces vignes sont les plus vieilles du Château d'Ardennes, implantées sur le point culminant d'Illats. Chaque tronc est une machine à remonter le temps, s'il pouvait parler, il raconterait beaucoup d'histoire de tâcherons qui se sont éreintés dans ces vignes basses, au milieu des gros cailloux de graves.
De nos jours, c'est toujours le cas. On a mal au dos lorsqu'on épampre. Du coup, quand on se redresse, un reflexe est de regarder le ciel, pour être sûr qu'il est toujours au même endroit !!! Et là, un vol de cignognes faisait des cercles, avant de filer plein nord. Surprenant ! (et en zoomant sur cette deuxième photo, on voit bien leur bec rouge !)



vendredi 25 avril 2014

Les 30 ans du Rouge et du Blanc avec Château Mirebeau

Château Mirebeau, avec ses Pessac-léognan 2010 et 2011, sera de la dégustation-rencontre à La Cartonnerie, Paris XIème, ce dimanche 27 avril pour souffler les 30 bougies du Rouge et du Blanc, revue des passionnés du vin, libre et indépendante, sans pub ni sponsor. Vous pourrez trouver la liste des 29 autres jeunes vignerons qui vous feront voyager de la France jusque dans certains coins de la belle Europe viticole en cliquant ici. 
Nous pourrons discuter, un verre à la main et avec modération, de ce début de millésime 2014 qui a une certaine avance : pour preuve, silice de corne en début de semaine et déjà le début des épamprages.
Vous verrez notre "verticale" photographique de cristallisations morphosensibles, illustration qualitative de notre travail biodynamique au quotidien pour chaque millésime.
Cette approche globale de la Nature au service de la précision du vin sera le fil rouge de votre ballade à La Cartonnerie ce dimanche.
En petit préambule à notre rencontre parisienne toute proche, trouvez, sur la photo d'illustration de ce billet, l'élémént astronomique référent de notre travail à la vigne lors de la pulvérisation de cette silice si précieuse à cette liane ! Question subsidiaire : quel est son quartier ?

jeudi 27 mars 2014

Château d'Ardennes et Château Mirebeau au Salon des Vignerons Indépendants de Paris, printemps 2014

Vous pourrez retrouver les vins de Graves de Château d'Ardennes et de Pessac-léognan de Château Mirebeau, au Salon des Vignerons Indépendants de Paris-printemps 2014, dans l'allée D stand 4 de l'Espace Champerret les vendredi 28 mars (10h-20h), samedi 29 mars (10h-20h), dimanche 30 mars (10h-20h) et lundi 31 mars (10h-18h) prochains.
En pessac-léognan 2011, vous dégusterez (toujours avec modération !) la dernière médaille d'argent du salon de l'agriculture de Paris 2014 avec Château Mirebeau rouge 2011. Mirebeau 2010 sera aussi de la fête.
Pour les Graves de Château d'Ardennes, vous pourrez profiter des millésimes prêts à boire comme les 2003 et 2005, et vous faire plaisir avec les 2009 et 2010. Ne pas oublier les dernières bouteilles de Château d'Ardennes blanc 2012, superbes sur vos poissons.
Du côté des vignes, qui ne montent pas à Paris ce week-end, les travaux de taille sont terminés. Nous sommes entrain de plier les rameaux lignifiés que nous avons sélectionnés lors de la taille. Le temps humide des derniers jours est idéal pour cette opération. Cependant, les feuilles de vigne sont prêtes à éclore, il nous tarde de voir le soleil pour une très longue période sans pluie, ni gel. Que le ciel de 2014 nous entende !